Évolution dans le métier de coursier à vélo parisien

coursier-à-vélo

Le métier de coursier parisien à vélo sur le site Parispanamecourses http://www.parispanamecourses.com/est réglementé par la convention collective du TRM, selon le journal de la convention, paru en avril 2015, les coursiers à vélo sont désormais intégrés dans la convention collective du transport routier de marchandises, grâce à l’avenant «coursier en véhicules non motorisés ». En France on recense plusieurs milliers de coursiers à vélo, ils entrent ainsi dans le secteur du transport routier. L’avenant n°104 intitulé « coursiers en véhicules non motorisés » associé à l’avenant n°94 «  Coursiers » a été publié au journal officiel du 2 avril 2015 pour avis d’extension. Une fois que cet avenant aura pris de l’ampleur, toutes les entreprises qui travaillent avec des coursiers seront concernées et soumises à la nouvelle réglementation, qu’elles soient dans un syndicat ou non.

L’avenant n° 104 a été signé par de nombreuses organisations, à la fois syndicales et professionnelles à la date du 12 décembre 2014. Selon le syndicat national des transports légers (SNTL), il était nécessaire d’établir cet avenant, pour que l’activité de coursier à vélo soit mieux encadrée et que les coursiers à vélo retrouvent de la dignité dans l’exercice de leur profession, l’objectif principal est de protéger ces professionnels qui effectuent des prestations commerciales de transport pour le compte de tiers. De cette manière, le statut du coursier parisien à vélo sera revalorisé et mieux réglementé. La course à vélo est adaptée pour les livraisons urgentes en milieu urbain. Ce mode de transport présente l’avantage de ne pas émettre de gaz à effet de serre. C’est un système en plein développement dans les villes et cités.

Prenons l’exemple de la ville de Paris, qui a pour principal objectif de tripler la circulation en vélo à l’horizon 2020, afin de transformer progressivement la ville en cité cyclable. Actuellement, les voies cyclables sont longues de 700 km et cette longueur sera bientôt doublée pour atteindre 1400 kilomètres. Le coursier parisien à vélo aura donc plus d’espace pour se circuler. L’adjoint au maire en charge des transports base tous ses espoirs sur le « plan vélo 2015-2020 », un plan qui sera doté d’une subvention de 150 millions d’euros dont 63 millions pour aménager les pistes, 40 millions pour les aménagements connexes, 30 millions pour le programme « Paris à 30 km/h », 10 millions pour les aides à l’achat de véhicules et 7 millions pour les espaces de stationnement.